– SOLITUDES –

par lamaudlamaud

Raymond Depardon s’intéresse tôt à la photographie et prend ses premiers clichés dans la ferme familiale de ses parents. En octobre 1958, il devient l’assistant de Louis Foucherand à Paris. Mais, en 1959, ce photographe s’associe avec Louis Dalmas pour fonder l’agence Dalmas et ne peut garder Raymond comme employé ; Depardon devient alors pigiste de cette agence et finit, à force de persévérance, par être reconnu comme photographe.

En août 1960, alors qu’il n’a que dix-huit ans, Louis Dalmas lui propose de partir au Sahara avec un forfait de 800 francs pour suivre une expédition cherchant à étudier la résistance du corps humain à la chaleur.

En arrivant, l’expédition est confrontée à un fait divers : quelques jeunes appelés du contingent qui, le jour du 15 août, étaient partis chasser la gazelle, se sont perdus. Les membres de l’expédition partent à leur recherche, escortés de militaires et de médecins de l’hôpital américain. Ils les trouvent et parviennent à en sauver trois sur sept. Raymond photographie « l’événement ». À leur retour à Tabelbala, le capitaine de la légion fait appeler Depardon dans son bureau et lui dit « il faut que vous me donniez vos films ». Quelques mois plus tôt, on lui avait appris à l’agence Dalmas qu’il ne devait jamais donner ses films à la police. À son retour, son reportage fait la une de France-Soir et de Paris Match. Raymond Depardon devient alors reporter salarié au sein de l’agence Dalmas.

Raymond Depardon couvre ensuite la guerre d’Algérie et la guerre du Viêt Nam, mais aussi des sujets d’actualité, et traque les « people » comme un authentique « paparazzo ». En 1966, il fonde avec Gilles Caron l’agence Gamma.Raymond Depardon, New York CityLa France de Raymond DepardonRaymond Depardon, lhomme & loeuvreNew York City, 1982 Raymond DepardonITALY. 1979. Naples, Campania region. Bianchi. Hôpital psychiatriqueRaymond DepardonRaymond DEPARDON -- Croce del Sud Hotel, Mogadiscio, Ethiopia, 1984Raymond DepardonBerlin, Nov 11 1989. Photography by Raymond Depardon.Raymond Depardon. Egypt. El Khârga.Raymond Depardon 2

Un des traits les plus caractéristiques de l’œuvre photographique de Raymond Depardon est la revendication de la subjectivité du photographe et de sa volonté de photographier des « temps morts », ce en quoi il se détache de l’école du reportage humaniste à l’européenne de Cartier-Bresson et se rapproche de l’école américaine et des photographes tels que Walker Evans et Robert Frank.

Pour les plus curieux, le Grand Palais propose à Paris la première grande exposition « Un moment si doux » entièrement consacrée à l’œuvre en couleurs de Raymond Depardon. À voir jusqu’au 10 février 2014 !

L.M.L.M.