– ANDERS PETERSEN –

par lamaudlamaud

LE RÉALISME CRU D’ANDERS PETERSEN

Comme beaucoup de photographes, Anders Petersen est un homme peu démonstratif, presque timide, mais qui aime être proche des gens. Il lui faut parfois des mois pour pénétrer l’intimité de ceux dont il veut tirer le portrait. Toujours en noir et blanc, avec sympathie, de très près (avec un 35 mm). Il approche ses sujets prudemment, s’installant en prison, à l’hospice ou encore au Café Lehmitz de Hambourg, du nom du reportage de 1969 qui a fait sa renommée. Il parle à ces gens, les interroge. «Je pose au fond toujours la même question : qui êtes-vous ? On peut la poser de différente manière, par exemple : quel est votre premier souvenir ?»

Sa vision du monde est rude, fulgurante et tranchante : Anders Petersen se tourne vers le réel et l’affronte par l’intermédiaire de ses photographies. Le photographe attend d’être surpris par l’imprévisible.

Rétrospective de l’exposition d’Anders Petersen qui avait lieu à la Bibliothèque Nationale de France du 13 novembre au 2 février 2014

Anders Peterson 1anders-petersen-senza-titolo-serie-roma-a-diary-20051Anders PetersonAnders Peterson 2anders-petersenAPanders-petersen_05anders-petersen-cafe-lehmitz2close-distance-2anders-petersen-cafe-lehmitz6AP1anders-petersen-hamburg-1967-1970anders-petersen1cafe-lehmitz-1967-1970-2

Pour Anders Petersen, photographier est une manière de tracer le chemin de sa vie. L’artiste cultive l’empathie pour les personnes ordinaires, abîmées par la vie. Il réunit sensualité, passion et violence dans ses travaux.

L.M.L.M.